Certaines respirations trahissent la peur

19 Jan 2007 Classé dans : Patient 13

(illustration par Matthias Haddad)

LE RAT

Le Rat est un homme, grand et maigrelet, au nez crochu et aux longs cheveux noirs. Son allure ténébreuse et la pâleur de sa peau peuvent le rendre impressionnant mais il n’est pas pour autant agressif ou introverti, bien au contraire. Très sociable bien que parfois un peu difficile à suivre, Le Rat parle à tous ceux qui veulent bien converser avec lui et ne manque jamais de détendre l’atmosphère par quelques remarques cyniques. Son surnom vient du fait qu’il a établit une relation de confiance et une empathie profonde avec les rats arpentant l’hôpital. Sans aucune difficulté, il parvient à communiquer et à les comprendre et au moindre besoin, ils rappliquent pour lui apporter informations et aide.

Age apparent : la trentaine.
Phrase typique : « Qui est assez fou pour jouer au rat de laboratoire avec Butcher ? »
Alliés : Ratling, les rats en général et la plupart des patients.
Ennemis : Le Dératiseur et le personnel médical.
Médecin référant : le Supérieur Stein.

Seul le cloporte peut ouvrir une porte close

13 Jan 2007 Classé dans : Patient 13

(illustration par Willy Favre)

Encore un jeu où l’on va bien rigoler

14 Oct 2006 Classé dans : Patient 13

Patient 13, c’est : David Lynch à Silent Hill, Lewis Carroll en camisole de force, Clive Barker et William S. Burroughs dans le village du Prisonnier, David Cronenberg à Twin Peaks, Philippe K. Dick dans un hôpital psychiatrique.

Depuis quelques jours, le developpement de l’édition de Patient 13 au format papier chez John Doe est lancé (qui d’autre pouvait être assez fou pour éditer un tel jeu ?) Le Grümph m’a donné les quelques spécifications techniques dont j’avais besoin pour me lancer dans la tourmente. Je suis donc en train de lister ce qu’il manque au jeu pour être encore plus accessible et directement jouable. Me reste donc à ajouter un véritable scénario d’introduction, quelques synopsis supplémentaires, des ajouts dans les conseils ainsi que des prétirés pour pouvoir plus facilement prendre le jeu en main. De même je suis en train de rassembler un maximum de matériel graphique utilisable pour le jeu, éléments de décor, photos, objets, personnes/personnages afin de donner un vrai look à l’ouvrage, sans forcément verser dans la sombritude outrancière (pas comme l’image ci-contre, donc).

Si les Blouses blanches le veulent, sortie programmée en mars 2007.

P13 : lentement mais surement

4 Oct 2005 Classé dans : Patient 13

Je viens de terminer d’intégrer les différentes corrections et modifications des différentes relectures du livre de base de P13. Evidemment, je n’ai pas tout intégré, certains préférant l’approche réaliste de P13, d’autres l’aspect surnaturel, il a fallu faire des choix pour jouer sur les deux tableaux et pour favoriser la jouabilité. Les modifs sont de toute façon de l’ordre du détail mais ça permet, j’en suis persuadé, de tirer le jeu vers le haut. Pour boucler le texte du livre de base, il ne me reste donc plus qu’à mettre véritablement le nez dans le système de règles : virer ce que je suis sur de ne pas vouloir, voir ce que je veux absolument garder et tenter que ces deux exigences fonctionnent ensemble.
Ensuite, une fois que ce sera fait, je me remettrais à l’écriture des 5 derniers synopsis qu’il me reste à écrire pour « Thanatos » (le supplément synopsis) et ensuite, je me referais une grosse relecture du livre de base…

J’retire, j’retire pas

22 Août 2005 Classé dans : Patient 13

Le dilemme va en s’accroissant avec l’écriture des synopsis (7 d’écrits sur 13) pour la prochaine version de Patient 13 : est-ce que je laisse la « version 1 » disponible sur xperyments.com en téléchargement ou est-ce que je l’enlève ?
Là, vous vous dîtes : « oh l’autre, il veut faire son Microsoft/France Télécom/Kapitali$te et se faire encore plus d’argent » (rayez la mention inutile). Ce qui n’est pas totalement faux. Je me dis que quitte à vendre un jeu, autant en vendre le plus possible même s’il s’agit d’un jeu de (mini) niche. Mais c’est loin d’être ce qui pèse le plus dans ma balance.
Ce qui me gène c’est la confusion. Patient 13 à sortir sera bien une nouvelle version, une « seconde version » mais ce sera toujours « Patient 13 ». Quand bien même, des éléments ont été modifiés de la premier version, que le jeu ne se joue plus en duo mais en groupe « classique », que le contexte a été ENORMEMENT développé et augmenté (50 000 signes contre 250000 signes – avec les 13 synopsis) je crains qu’il y ait toujours et à jamais la confusion entre les deux et que nombreuses personnes se disent « Ah… Patient 13 ? Le truc avec des fous où l’on peut jouer qu’à deux, je l’ai téléchargé y’a plusieurs années ». Donc confusion entre les deux versions, la V1 ne pouvant pas totalement faire office de Kit de démo (vu que les certaines petites modifications contextuelles).
Je me dis que ceux qui ont voulu avoir la première version ont eu tous le temps de le faire et ont encore tous le temps jusqu’à la sortie de la suivante et que le meilleur (et plus basic) moyen de les différencier… c’est de ne laisser qu’une seule version disponible, celle qui correspond vraiment à l’idée que j’ai du jeu, c’est à dire, celle à venir, mais en même temps, ça m’embète de « retirer » du circuit un jeu, même si c’est pour mettre son update à la place, ne serait-ce que pour réellement montrer l’évolution qu’il y a eu entre ces 4 années.

Et vous, qu’est-ce que vous en pensez ?



It’s Alive ! IT’S ALIVE !!!*

C’est pas moi qui le dis, c’est Henry Frankenstein – ce bon vieux savant fou qui pointait du doigt sa créature rapiécée de morceaux de cadavres.
Mister Frankenstein c'est un peu la vitrine de mon atelier de bricolage : l’établi et les étagères sont pleins d'idées farfelues, de scénarios bidons, de dessins incompréhensibles et de trucs pour lesquels il n'existe pas encore de noms – un paquet de babioles dont il ne sortira probablement jamais rien – mais, pour les rares exceptions, ce site est là pour vous donner quelques informations.

Yno / Anthony Combrexelle.
*(traduction : Il salive ! IL SALIVE !)