Au Crépuscule #3 : naissance

Ça peut paraître cliché mais Au Crépuscule a uniquement vu le jour grâce aux lecteurs et lectrices de Presque Minuit.

Presque Minuit est sorti en janvier 2018… mais je l’ai écris en 2010. Évidemment, comme tout jeune auteur qui se respecte un peu trop, j’avais noté des idées de suites pour dix générations. Sauf qu’au bout de quelques années, je me suis rendu compte que parvenir à (faire) publier une histoire en plusieurs tomes (surtout quand c’est ton premier et que les suites sont à écrire) était voué à l’échec. J’avais donc repris PM pour qu’il se suffise à lui-même.

(Pour la petite histoire : le chapitre 64 de PM n’existait pas à l’origine, la révélation qu’il contient était prévu pour s’étendre sur plusieurs romans). 

Les corrections et petites réécritures de PM lors de sa sortie chez 404 éditions m’ont forcé à me replonger dans l’univers. C’est ainsi que quelques mois après sa publication, j’ai eu “L’idée”. Un événement qui donnerait une trajectoire à un nouveau roman. Idée un peu stressante (est-ce qu’on m’en voudrait de ce choix ?) mais super excitante, en tout cas idéale pour un nouveau tome parce que lui donnant un intérêt en soi. 

Sauf que Presque Minuit avait été prévu en “one-shot” et qu’une suite de romans ne faisait pas partie des projets de 404 éditions. Même si j’en avais touché deux mots à mon éditrice, il était impossible de négocier quoique ce soit si PM n’avait pas de très bons chiffres de ventes à moyen terme. J’ai eu de la chance : ils l’étaient les premiers mois et ont continué à être très corrects par la suite. J’ai donc pu revenir à la charge en m’appuyant dessus.

Mon éditrice m’a alors demandé un synopsis. Je lui ai livré un plan de 44 pages (ne faites pas ça, chez vous. Pas sans un cascadeur du moins) pour prouver que je savais exactement où je voulais aller, et parce que j’avais besoin de me rassurer, d’être sûr que j’avais la matière pour raconter une histoire qui vaille le coup au-delà de mon idée initiale. Après quelques longues semaines de chassé croisé, mon éditrice enthousiaste est parvenu à vendre le projet aux Puissances Supérieures, et à m’obtenir un accord pour débuter l’écriture du roman. Soulagement et pression.

C’est ainsi qu’en juillet 2018, et durant six mois, tous les jours, sur les pauses-déjeuners, les soirs en rentrant du boulot et tous les week-ends, j’ai écris Au Crépuscule que j’ai finalement rendu à la fin décembre 2018.

Conclusion : je n’exagère pas en disant que c’est parce que vous avez acheté Presque Minuit que Au Crépuscule existe. Un petit miracle, inespéré, génial, intense et stressant ^^.

* * *

Au Crépuscule sort le 5 septembre chez 404 éditions et il est désormais précommandable partout. La semaine prochaine : les difficultés que j’ai rencontrées pour parvenir à mes fins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.