Casus Belli 3 / Black Trinity 2 / en vente

Le n°3 de Casus Belli est paru et il propose donc, entre autres choses, le second scénario (un peu plus ardu et foisonnant que le précédent) de Black Trinity. C’est écrit par moi-même, c’est à peu près un scénario générique, contemporain, fantastique et vous n’avez pas forcément à avoir lu ou joué le premier pour vous lancer dans celui-ci.

5 commentaires

  1. Salut, j’ai lu avec beaucoup d’attention et beaucoup de plaisir le scénario de la chambre noire. L’univers noir et légèrement fantastique m’a beaucoup accroché. J’ai raté la sortie du Casus Belli n°2, mais rien que pour pouvoir lire le 1er scénario, je vais tout faire pour retrouver le magazine.

    Cependant, j’aurai une petite question.
    Je ne suis pas du tout expérimenté en MJ, mais ce scénario me donne envie de franchir le pas.
    Un MJ expérimenté saurait surement le faire lui même, mais est-il possible d’avoir les caractéristiques physiques et capacités des PNJ (Angeni, Les hommes de mains…) dans le même système que décris pour la création des PJ (Corpus Mechanica) ?

    Merci d’avance.

  2. Hello Olivier,

    Merci pour ton message. Bon je te cache pas que tu viens de décocher une flèche dans mon talon d’Achille (les carac’ techniques c’est contre ma religion en plus d’être mon point faible) mais je vais essayer de trouver le temps de me remettre sur le scénario pour fournir un support technique ! ^^

  3. Salut Olivier,

    tout d’abord, ne te laisse SURTOUT PAS attendrir par la petite phrase d’Yno : « tu viens de décocher une flèche dans mon talon d’Achille ».

    Tu as lu son scénario ? Il est excellent non ? Tu penses vraiment qu’une personne capable d’écrire quelque chose d’aussi bon, puisse être « autre chose » qu’une créature vile, fourbe et malfaisante ? Bien sur que non !!!

    Alors crois-moi sur parole, tu n’as aucune raison d’avoir des remords. Ce type… ce n’est pas « une flèche »… mais « un coup de tronçonneuse » qu’il mérite dans le talon 🙂

    Hi hi hi…

    Tu es un MJ débutant Olivier ? C’est tout à ton honneur… on est tous passé par là 🙂

    Tu veux des caractéristiques chiffrés pour les PNJs du scénario « La Chambre Noire » ?

    Et bien, je pense qu’Yno (qui est surement un brave gars au fond, j’en suis sur, même s’il refuse de nous livrer des infos sur la suite des scénarios… l’espece de… grr…) va surement te répondre. Mais comme je passais par là, et que je lis et relis sans cesse ces scénarios (en vu de les préparer pour ma table de Joueurs moi aussi), je me permets donc de te donner quelques données.

    En espérant que cela puisse t’aider Olivier…

    D’abord, je me permets de te parler brièvement du premier scénario « La Place du Mort ». Comment ? Tu ne l’as pas encore lu ? Tu n’es pas encore abonné à Casus mécréant ? Ohlala… tu as de la veine que mon fouet soit trop loin et que j’ai la flemme de me lever pour aller le chercher…

    Dans le premier opus, les Personnages des Joueurs sont dans un véhicule (un bus de préférence) qui heurte violemment une autre voiture, alors que le feu est au vert pour eux. Le choc est si violent que la voiture du « chauffard » est presque broyée. Le chauffard en question, n’est autre qu’un journaliste qui a fait exprès de percuter le véhicule des Joueurs, en espérant « terrasser » la créature qui était assis sur le siège passager dans sa voiture. Bien sur, seuls les Joueurs apercevront l’ombre d’un passager s’enfuir juste après l’accident…

    A partir de là, les Joueurs (surement « piqués au vif » par cette « douloureuse » et mystérieuse rencontre) seront amenés à enquêter sur ce fameux journaliste. Et ils découvriront qu’il était actuellement en plein « reportage d’infiltration » au sein d’une secte locale. Laquelle secte, avec un chamane quelque peu excentrique à sa tête, a ouvert « un passage » sur un autre monde, et a contacté « quelque chose », qu’elle aurait mieux fait de ne pas déranger…

    Je ne t’en dis pas plus, tu n’as qu’à lire la suite en te procurant Casus N°2 😉

    Ca c’était juste pour te donner une idée du premier opus, bon pour ce qui est de « La Chambre Noire », des caracs ? Okay…

    Relisons les règles : « Corpus Mechanica » (disponible ici même sur cet excellent site). Il y a 10 caractéristiques qui définissent l’ensemble des capacités des Personnages (Joueurs ou Non Joueurs).

    AGIR (escalader, esquiver, faire des acrobaties, etc)
    CONNAITRE (culture générale, langues étrangères, etc)
    ENDURER (les coups, une température extrême, etc)
    FORCER (soulever un objet lourd, etc)
    REMARQUER (trouver un indice, etc)
    S’IMPOSER (intimider ou faire parler quelqu’un, etc)
    SAVOIR-FAIRE (pirater un ordinateur, etc)
    SE BATTRE (pugilat, corps à corps, etc)
    SE CONTROLER (garder son sang froid, etc)
    VISER (tirer avec une arme à feu, etc)

    Chacune ayant pour minimum 1D6 (niveau médiocre) à 6D6 (un athlète olympique).

    En considérant que le minium est de 1D partout, et vu que les Joueurs ont droit à avoir 35D (au total), on peut donc considérer que nos vaillants « héros » ont un « pool » de 25D6 à répartir sur ces 10 carac de base à 1D6…

    Et bien ça nous fait déjà une référence : 25D pour ceux « qui en ont dans le pantalon », les Héros de l’aventure je voulais dire 🙂

    En partant de là il suffit d’adapter en fonction de la puissance présumé par rapport aux Personnages des Joueurs.

    Qui vont-ils affronter ? Principalement ANGENI (dit « la saloperie venue d’ailleurs, qui tue d’un seul regard quand elle est en colère »… mais « Angeni » c’est plus court à dire) et les SBIRES de la Politicienne (qui elle, tient coûte que coûte, à récupérer les photos compromettantes sur ses ébats sexuelles).

    Quelle puissance supposée pour ces deux entités ?

    Et bien Angeni, on peut la considérer BIEN PLUS puissante que « le mortel de base », et même que nos vaillants héros. On peut donc considérer qu’elle a plus que 25D à répartir. Cela dit, le scénariste précise qu’elle (l’Ombre) s’est tellement appliqué à reproduire la créature qu’elle « duplique », qu’elle en acquière sa mortalité. Ce qui facilitera un peu le travail de tes Joueurs (j’ai dit « un peu ») pour le combat final (pour la tuer, du moins essayer).

    Elle peut donc être tuée par les armes à feu, mais je recommande d’en faire tout de même une créature « redoutable ». C’est quand même supposé être le combat de fin (Boss de fin de niveau ?), il faut donc en mettre « plein la vue » à tes Joueurs. Qu’ils finissent les vêtements troués, cramés, ensanglantés, épuisés et surtout incroyablement heureux d’avoir survécu à une telle « saloperie »…

    Sinon… c’est moins drôle 🙂

    Je propose de lui répartir 35D (en plus des dix initiaux au minima de base). Histoire de faire comprendre à tes PJs qu’ils ne sont pas « l’espèce dominante » dans l’échelle des prédateurs de l’univers (45D au total)… parce que (comme Loréal) « elle le vaut bien » Angeni…

    Je vais booster son « agilité » (+5D) et son « endurance » (+5D) (pour la rendre plus difficile à tuer).

    Par contre je crois qu’il est mieux de ne pas améliorer ses compétences au « corps à corps », de « contrôle » et de « viser » (on laisse à 1D) afin de coller un peu mieux au personnage.

    Par contre elle devrait (selon moi) en « imposer » (+5D) ne serait-ce que par le regard, qui devrait être un premier indice pour signifier aux Personnages que cette nana là, elle est bien plus « que ce qu’elle semble être »…

    La « Force » (+5D) ça peut être marrant de la booster… Je ne sais pas pour vous, mais moi, derrière mon paravent, j’aime toujours voir un Personnage de Joueur se faire projeter sur un mur, par une créature à l’apparence fragile 😉

    Bon on a déjà dépensé 20D l’air de rien (ça avance) encore 5D pour les dernières carac et le reste on le gardera pour des pouvoirs sympas…

    Et bien comme c’est une Ombre, moi je considérerai que ses connaissances sont aussi illimitées que le néant. Elle devrait être capable de parler toutes les langues et dialectes du monde, avoir accès à l’ensemble du savoir humain. Après tout, c’est une créature mystérieuse venant d’ailleurs. Du moment qu’elle ne lit pas les pensées (ce qui lui permettrait de savoir immédiatement que les héros n’ont pas son enfant), ce qu’elle pourrait peut-être faire au final. Si elle avait plus de temps pour s’adapter à sa nouvelle « forme »… qui sait ?

    Mais dans le même temps, le scénariste précise bien qu’elle a du mal à s’adapter, qu’il lui faut du temps…

    Allez coupons la poire en deux (enfin trois), donnons lui 1D en « connaissance » (elle n’est pas encore adaptée à ce monde) et 3D pour avoir des sens aiguisés avec « remarquer ». Et 1D en « savoir-faire » (elle n’a pas encore pris le contrôle total de son hôte)

    Ca y est, on a nos 25D rajoutés aux 10D de base (35D donc comme les PJs pour les carac du moins)… Pour les 10D qui manquent on va lui donner des « petits » pouvoirs qui terroriseront les joueurs 😉

    ANGENI
    (dit « Regard qui tue sans pitié les visages pâles »)

    Pour les caractéristiques (35D au total, comme les PJs)
    AGIR : 6D6 (elle esquive comme « Trinity » dans « Matrix »)
    CONNAITRE : 2D6
    ENDURER : 6D6 (sourire inquiétant lors de blessures)
    FORCER : 6D6 (envoie « valdinguer » le premier malpoli)
    REMARQUER : 4D6 (sens aiguisés d’un animal)
    S’IMPOSER : 6D6 (elle fou la chair de poule)
    SAVOIR-FAIRE : 2D6
    SE BATTRE : 1D6
    SE CONTROLER : 1D6
    VISER : 1D6

    Pour les Pouvoirs (10D « parce que elle le vaut bien ») :
    A) AGITATION MOLECULAIRE : 6D6
    Son appartenance extra-planaire lui confine un don unique, une relation privilégiée avec la matière. Elle peut provoquer l’agitation des molécules de chaque chose (organique ou objet inanimé). Et de ce fait, elle peut faire fondre le pistolet qu’un PJ lui braquerait en plein visage juste en le fixant du regard. Et croyez-moi ça fait mal « un métal en fusion qui dégouline sur la mimine » 😉
    Elle peut aussi provoquer le combustion des vêtements (facile pour elle). Et peut aussi faire bruler les PJs « de l’intérieur » (combustion des organes), mais cela ça devrait prendre plusieurs rounds et être plus difficile à faire.

    Résumons :

    -transformer un PJ en torche humaine (ses vêtements) niveau de difficulté « moyenne » (2 réussites nécessaires)

    -faire fondre du métal (armes, objets, etc)
    niveau de difficulté : « difficile » (3 réussites nécessaires)

    -micro-onde des intestins (« prends ton renny ma poule »)
    niveau de difficulté : « très difficile » (4 réussites nécessaires)

    B) TELEKINESIE : 4D6
    Parce que « tout méchant qui se respecte » devrait posséder ce pouvoir. Et puis c’est tellement bon de voir voler des chaises dans la gueule des PJs qui sont en train d’essayer de viser la créature avec une arme à feu.
    Faites-vous plaisir… ne me remerciez pas 😉

    – Projeter un objet léger maladroitement
    niveau de difficulté : « moyenne » (2 réussites nécessaires)

    – Projeter un piano entre les deux yeux (et ben dis donc, il a du vous énerver, ce joueur là, pendant la partie)
    niveau de difficulté : « très difficile » (4 réussites nécessaires)

    Voilà pour la « Boss », maintenant les Sbires.

    Comme le précise le scénariste, ils sont surtout là pour intimider, faire peur, voir ralentir l’investigation des Joueurs.

    Il y a deux optiques possibles…

    Soit tu considères que ce sont des cracks façon les gars du « Secret Service » chargés d’assurer la protection du Président. Des « pointures » triés sur le volet… voir des « men in black haut de gamme »…

    Mais bon, moi je considérerai plutôt que ce sont des brutes sans cervelles, bêtes et disciplinés (comme des videurs de boite de nuit). Le genre « d’intello » trop contents de faire un tel boulot (de toutes façons ils ne sauraient rien faire d’autre « légalement »), à savoir porter des costumes classes trop étroits, cacher un air idiot derrière des lunettes teintées, avoir un abonnement gratuit à la salle de sport. Et de temps en temps pouvoir jouer « les gros bras » et être payés pour ça.

    Tu l’auras compris, à mes yeux, les sbires du service d’ordre sont surtout des baraques à muscles incapables de retrouver les photos par eux même. Alors à défaut de pouvoir réfléchir, ils vont laisser les PJs le faire à leur place. Tout en essayant de leur faire peur.

    Alors, on a dit la référence c’est 25D à répartir… pour les PJs. Mais les Personnages des Joueurs sont les héros de l’aventure. Eux (les sbires) ce sont plutôt des « zéros », alors 10D à répartir… (20D au total)

    Non c’est pas trop sévère… faut-il rappeler que ce ne sont que des « second couteaux » ?

    LES SBIRES DE LA POLITICIENNE
    (dit « tout dans le costume, rien dans la tronche »)

    Pour les caractéristiques (20D au total)
    AGIR : 1D6 (sont serrés ces putains de costumes!)
    CONNAITRE : 1D6 (bibliothèque ? non je sais pas ou elle est)
    ENDURER : 2D6 (ils jouent les durs mais ce sont des tendres)
    FORCER : 4D6 (la muscu y’a que ça de vrai!)
    REMARQUER : 1D6 (parfois… les tâches… sur leurs pompes)
    S’IMPOSER : 3D6 (surtout tant qu’ils gardent les lunettes)
    SAVOIR-FAIRE : 1D6 (bataille navale avec les écouteurs)
    SE BATTRE : 4D6 (oh ça oui, ils aiment la baston!)
    SE CONTROLER : 1D6 (uniquement devant les caméras)
    VISER : 2D6 (entrainement irrégulier au stand de tir)

    Pour les pouvoirs ?

    A) BALANCER DES PHRASES AFFLIGEANTES
    – « Je lâcherai tes oreilles quand t’auras répondu à mes questions… »
    – « Vous… vous avez des tronches patibulaires… mais presque… »
    – « C’est nous qu’on pose les questions ! T’as compris ? »

    B) NE PAS AVOIR DE FAUX PLIS DANS LES COSTUMES
    Ne riez pas, ils sont toujours impeccables l’air de rien…

    ATTITUDE DE COMBAT ?

    Pour les Sbires, au départ, ils essayent de faire peur aux PJs, les menacent. Ils essayent de jouer « les gros bras » (c’est un peu leur seul talent aussi). Si les menaces ne marchent pas ou que les PJs les prennent « un peu trop ouvertement » pour ce qu’ils sont (des gens pas très fins pour rester poli) ils en viennent aux mains.

    Si les PJs sortent des armes et se mettent à tirer ? Ouille ! Félicitations vous avez des « subtils » à votre table.

    Deux optiques :

    A) Entres « subtils » on ne connait qu’un langage : la violence
    Les sbires dégainent leurs Glock 9mm tout neuf, et ça devient un règlement de compte (fusillade) en pleine rue. Soit, vous êtes de bonne humeur, et faites intervenir les forces de l’ordre (ben oui on est pas à Beyrouth dans les années 80 non plus). Et là faut-il rappeler que les sbires, EUX, auront surement des permis de port d’armes. Contrairement à ces chers PJs qui auront déclenché les hostilités rappelons-le (Qui a dit caméra dans la rue?) 🙂
    Soit, vous voulez les punir et dans ce cas, tuez-en un… ou envoyez en deux ou trois à l’hôpital avec blessures par balles. Et là retour à la case « intervention des forces de l’ordre ». Parce que oui… des gens qui prennent des balles ça a tendance à attirer les curiosité des autorités… allez savoir pourquoi ?

    B) Si vous avez peur que cela dégénère un peu trop. Considérez que la première équipe n’est pas armé, mais que des renforts arrivent et interviennent pour permettre la fuite de leurs collègues (crissement de pneus, voiture en barrage en travers de la rue et tir de soutien pour forcer les PJs à rester planqués pendant que les premiers sbires évacuent). Après tout ce sont quand même des gars du service d’ordre, alors même si ce sont pas des « soldats d’élites », ils ont quand même suivi une formation ou deux, pour ce genre de situation d’urgence (« évacuation d’un VIP lors d’une agression » etc).

    Mais par contre, pour la prochaine altercation, ils viendront voir les PJs avec du lourd (du « très lourd » : gilet pare-balles + mallette par-balles de « bodyguard » + pistolet mitrailleur HK version courte dans des « mallettes dépliantes instantanément »).

    Tachez de faire comprendre l’erreur tactique commise par vos joueurs à ce moment là. « Tant pis pour vous, ils savent à présent, que discuter avec vous, ne sert plus à rien… » ETc

    Pour Angeni, là il faut y aller « creshendo ». Ne brulez pas direct les Joueurs. D’abord elle essaye de discuter avec ces derniers, elle tente de comprendre ce qui a bien pu se passer. Ce n’est que progressivement (et en fonction de l’attitude des Joueurs) qu’il va falloir adapter « l’attitude de l’Ombre ».

    Si ils discutent, elle discute… mais petit à petit.. elle s’énerve. D’autant plus que ces derniers n’ont pas les réponses au sujet de son enfant.

    Si les PJs l’attaquent… tant pis pour eux ! Ne jamais hésiter à se montrer cruel face à des attitudes peu réfléchies. Masteriser c’est aussi (de mon point de vue) « éduquer les joueurs » : leur apprendre que l’on gagne toujours à réfléchir avant d’agir (même dans la précipitation). Et que chaque action a son lot de conséquences…

    Aussi Olivier, comme tu es un MJ débutant, je me permets de te donner ce petit conseil :

    NE DEVIENS JAMAIS UN DE CES MJs FAIBLES ET LACHES QUI REFUSENT DE TUER UN DE LEURS JOUEURS !

    JAMAIS ! C’est mal et sur le long terme ça va te poser des problèmes d’autorités. Les Joueurs (ces salauds qui se disent tes amis) sauront à force, que quoi qu’il arrive, tu feras toujours en sorte de sauver la peau de leurs pathétiques personnages.

    Et ils ne feront plus aucun effort pour sauver leur peau et tenter de jouer en subtilité.

    Il existe deux manuels de conseils pour MJ : « Dirty MJ » et « La Bible du Meneur de Jeu »…

    Le premier est plutôt considéré comme « le côté obscur de la force », et le second l’enseignement « façon maître Yoda ».

    Mais personnellement, je te recommande surtout de faire preuve d’un maximum de sadisme et d’autorité à ta table de jeu.

    Les 3 règles de base, de toute partie…
    REGLE N°1 : le MJ a toujours raison
    REGLE N°2 : si le MJ a tort, se reporter à la Règle N°1
    REGLE N°3 : on ne négocie JAMAIS, NI avec les terroristes, NI avec les joueurs de jeu de rôle…

    Essaye de maitriser les règles, du moins d’en donner l’apparence. Ne perds pas de temps à chercher des points de règles pendant la partie, tu risquerais de tuer le rythme. Au besoin, improvise rapidement une nouvelle règle. Et si elle marche ou qu’elle te plait, garde-là ! 😉

    Mais n’oublies pas… le Patron c’est toi… quoi qu’il arrive…

    Si tu peux poser ta main sur l’épaule d’un Joueur (à qui tu viens de tuer son Personnage) tout en lui disant :

    « Tu sais, je suis vraiment désolé, si j’avais pu faire en sorte que ton personnage survive, je l’aurai fait… vraiment…  »

    Et qu’en plus, tu peux avoir un air attristé et compatissant dans le regard tout en lui disant cela, alors là… ce sera tout simplement « parfait ».

    Mais alors là, tu ne seras plus (et de loin) un « MJ débutant » 😉

    Bon courage Olivier 😉

    Prince Noir (MJ Sadique et retors, mais mes Joueurs apprécient, la preuve, ils reviennent à chaque fois…)

  4. Whouaa, tout ça pour moi. C’est trop d’honneur.
    En tout ca, un grand merci pour tous ces conseils.

    J’avais de toute façon l’intention de prévenir mes joueurs que leur personnage seraient certainement des personnages jetables (un peu comme dans l’appel de Cthulhu). Ils seront donc sensibilisés sur le fait que le Grobilisme sera puni. Même si je n’aimerai pas avoir a tuer un des persos dès la première demi-heure de jeu.
    Heureusement, je sais que tout ira bien avec le groupe avec lequel j’ai l’habitude de jouer.

    A bientot et merci encore.

  5. Euh… Franchement… Prince Noir… Là, tu as dépassé la limite de ce que je suis capable de lire sur un commentaire de blog.

    Merci donc, vraiment, mais je me pose une question : tu as passé combien d’heures à surveiller ce site et à écrire cet extrêmement long message (que je ne suis pas parvenu à lire en entier) ?

    Dans quelques temps, je m’attellerais à écrire toutes les carac’ de tous les personnages parce qu’il le faudra de toute façon.

    Par contre hésite pas à te calmer un peu et te reposer de temps en temps, hein.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.