Maintenant que j’ai presque fini de répondre à tous les messages (presque !), j’en profite pour poster une petite photo des deux formats papier de Macadabre : la hardcover cartonnée et la softcover souple.
 
La hardcover est un peu plus grande que la version souple (1,8 cm de haut et 0,43 cm de large) tandis que la version softcover est un A5 classique (identique dans le format à mes précédentes créations).
 
Les deux formats sont disponibles sur ma boutique Lulu (n’oubliez pas les 2 codes de réduction jusqu’au 13 avril !) et la version hardcover sera aussi disponible chez Philibert d’ici quelques jours.

Macadabre, la brigade de la malemort

7 Avr 2017 Classé dans : Macadabre

En l’an 1366, en plein obscurantisme moyenâgeux, la province de Saint-Voile est ravagée par une étrange pestilence transformant sa population en créatures dégénérées, déviantes et bestiales.

Si la province, pauvre et bien trop éloignée de la capitale, n’intéresse pas la Couronne ; la fuite de la population face à une épidémie en pleine propagation, les rumeurs d’une nouvelle religion se développant dans la région, l’anathème de l’Église sur la cité fortifiée dirigée par la sulfureuse Comtesse et l’absence de communications avec cette dernière contraignent le roi à mandater un collège de médecins de peste.

Le but de cette brigade méprisée : éradiquer la source de cette malemort ou mourir en essayant.

 

Macadabre est un jeu de rôle médiéval-fantastique sombre et horrifique
pour adultes consentants appréciant l’outrance et le sang.
C’est une expérience old-school et extrême aux règles injustes et cruelles
où 1 à 12 Docteurs, n’ayant pas peur de violenter leurs habitudes de joueurs,
explorent une province et affrontent des bestes en risquant leurs âmes et leurs vies.

Macadabre c’est un jeu de 140 pages disponible en 3 formats :
PDF, Papier couverture souple (« softcover ») et Papier couverture cartonnée légèrement plus grand (« hardcover »)

Pour plus d’informations concernant les nombreuses spécificités du jeu :
reportez-vous aux articles publiés sur les réseaux sociaux ou le site officiel (www.misterfrankenstein.com)

Où acheter Macadabre ?
En PDF, le jeu est vendu sur les boutiques BBE, DriveThru et Lulu.

En Papier, le jeu est vendu sur la boutique Lulu (et prochainement chez Philibert).
Jusqu’au 13 avril sur la boutique Lulu, bénéficiez de -75% sur les frais de port avec le code EUROPE75 et de -5% sur votre commande papier avec le code EVG15 !

Enregistrer

Macadabre : le contenu

6 Avr 2017 Classé dans : Macadabre

Qu’est-ce que pouvez attendre dans les 140 pages de Macadabre ?

  • Une création de personnage aussi rapide qu’aléatoire.
  • Des règles cruelles et tellement injustes que ça m’a réveillé cette nuit au petit matin, avant de réaliser que c’était normal et prévu (i.e. : certains profils sont cheatés mais aléatoires). Injuste hein ?
  • Quelques pages dédiées au contexte.
  • Beaucoup de pages dédiées aux descriptions des hexagones formant la carte de la Province de Saint-Voile.
  • Le jeu se concentre uniquement sur la région. Tout le reste est laissé à votre discrétion : flou artistique ou inclu dans votre propre univers de jeu.
  • Un « Replay » pour expliciter le déroulé d’une partie.
  • Quelques listes d’éléments pour faciliter l’improvisation en cours de partie.
  • Une BO pour jouer en musique avec de l’orgue et de la musique de chambre entre autres.
  • Des feuilles de perso (de Docteur et d’Allié, pour les losers).

 

Vendredi 7 avril au matin, c’est la sortie de Macadabre, un jeu de rôle pas comme les autres, médiéval-fantastique sombre et horrifique.

140 pages, disponible en PDF, en papier A5 « softcover » (couverture souple) ou « hardcover » (couverture dure et légèrement plus grand) sur les boutiques en ligne : Lulu, DriveThruRPG et BBE.

Passons un peu aux personnages, les fameux Docteurs. Sans tout dévoiler, voici quelques éléments présentant des particularités potentiellement rebrousse-poils de Macadabre.

1/ La création de personnage n’est pas libre : un nom, quelques jets de dés qui déterminent un Profil et une Spécialisation (qui donnent droit à des Caractéristiques (Âme, Corps et Esprit), Compétences et Capacités spécifiques) et, en 2 minutes, le médecin de peste est crée (disons 5 minutes, le temps de tout reporter sur la feuille de Docteur). La mortalité étant élevée, la création se doit d’être rapide. Les joueurs devant (probablement) incarner plusieurs personnages, le jeu force aussi à varier, à sortir de sa zone de confort habituelle. Même le sexe est déterminé aléatoirement. Sûrement la règle la plus difficile, non ?

2/ Il y a plusieurs façons de gérer le ou les joueurs mis sur la touche suite à la mort de leurs personnages tandis que la partie continue. L’une d’entre elle, c’est la possibilité de créer un personnage Allié, avec une fiche de perso dédiée, plus « libre » dans ses données techniques pour que la personne qui gère la partie puisse l’adapter en fonction de la situation.

3/ Les règles sont très cadrées sur certains points et plus légères sur d’autres, c’est hérité de C&S et ça fait partie de la philosophie du jeu : la personne qui gère la partie règne sur le jeu et sur la province de Saint-Voile (cette phrase est une énigme dont la résolution se trouve dans le jeu :D) et doit être capable d’un minimum d’improvisation (pour mettre en scène les descriptions mais pas que…).

4/ Parmi les petites règles qui pourrissent la vie, il y a la Réaction au stress où dans des situations bien spécifiques, le Docteur peut être victime d’un coup de stress en plein affrontement et perdre ses moyens. Par exemple : annoncer qu’il est un charlatan (et perdre tout usage de ses Compétences durant le combat) ou révéler son masochisme (et se blesser lui-même durant l’affrontement).

5/ Qui dit malemort, dit peste… et dit contamination. Dans des conditions spécifiques (et par le biais d’un jet de dés en aveugle du joueur : seule la personne qui gère la partie voit le résultat), un Docteur peut être atteint de la malemort, sans savoir -si- et -quand- il va se transformer en créature bestiale. Il court donc le risque de devenir un PNJ et fait donc courir le risque à la brigade d’attaquer ses collègues. Seul moyen de s’en prémunir : se suicider en déchirant sa feuille de personnage en deux, désacraliser totalement le morceau de papier habituellement idolâtré par les joueurs. Mais est-ce que vous irez jusque là sachant qu’il y a une chance (minime) que vous soyez porteur sans développer la maladie ?

6/ On peut jouer à Macadabre jusqu’à 12 joueurs. D’où la création de perso courte, d’où le fait que le jeu se prête beaucoup à l’événementiel, au jeu en club, au jeu en convention et, d’ailleurs, seule vraie concession à la difficulté du jeu : à 12, forcément, statistiquement, le jeu est plus facile et ressemble plus à « Qui sera le dernier encore vivant à la fin ».

Si vous avez survécu à cette partie et à chacune des précédentes, vous devriez pouvoir survivre au reste du contenu de Macadabre, la brigade de la malemort… malgré quelques autres petites saletés et subtilités héritées de C&S ou ajoutées pour le plaisir !



It’s Alive ! IT’S ALIVE !!!*

C’est pas moi qui le dis, c’est Henry Frankenstein – ce bon vieux savant fou qui pointait du doigt sa créature rapiécée de morceaux de cadavres.
Mister Frankenstein c'est un peu la vitrine de mon atelier de bricolage : l’établi et les étagères sont pleins d'idées farfelues, de scénarios bidons, de dessins incompréhensibles et de trucs pour lesquels il n'existe pas encore de noms – un paquet de babioles dont il ne sortira probablement jamais rien – mais, pour les rares exceptions, ce site est là pour vous donner quelques informations.

Yno / Anthony Combrexelle.
*(traduction : Il salive ! IL SALIVE !)