Ordo (couverture & pitch)

New York, de nos jours.
Dans l’ombre, cinq familles liées par le sang d’un même ancêtre, se servent de l’Obscur, une magie issue d’un monde démoniaque, pour étendre leur influence et diriger leurs affaires en ville.
Alors que surviennent des tensions avec un gang de la côte Ouest, Ambrose Donosius, 356 ans, patriarche des cinq familles new-yorkaises et chef de l’Ordo Magicae, est assassiné lors d’un attentat surnaturel en plein Manhattan.
Cinq jeunes gens, derniers descendants d’Ambrose et sans perspectives d’avenir face à des parents immortels, voient dans l’événement l’occasion de planifier un casse.
Ils ont moins d’une semaine pour préparer le cambriolage magique du siècle, celui qui leur permettra de devenir rois à la place des rois et de régner sur l’Ordo.

LE POUVOIR EST DANS LE SANG.


ORDO sort le 10 septembre chez 404 Éditions et vous pouvez le précommander dès à présent !

Contes de Minuit

Il était une fois un monde imaginaire, une ville « hors du temps » ressemblant à un Londres victorien sombre et décalé, à un Paris des Années folles baroque et halluciné, à une Venise gothique brumeuse et colorée, une unique cité aux habitants à l’apparence issue des contes, bordée par une mer infinie où le soleil ne se lève jamais.

Contes de Minuit est un jeu de rôle de fantasy urbaine, un univers néo-victorien de contes pour adultes, où les joueurs incarnent des détectives privés, à l’apparence plus ou moins humaine, enquêtant dans une étrange ville nocturne aussi folle que macabre et poétique.

C’est un jeu de rôle « traditionnel », dans le sens qu’il se joue dans une configuration MJ (La Directrice du 221B Barker street) + PJ (les Détectives) pour des séances de jeu de durée classique avec un système utilisant des dés à six faces. Le jeu fait 240 pages (règles + contexte + 3 scénarios) et contient de quoi créer des Détectives (six personnages prétirés sont proposés en plus) et le cabinet de détectives, générer les prémisses d’une Affaire à élucider avec quelques conseils sur le ton assez particulier du jeu (entre enquêtes soft à la Sherlock Holmes et contes de fées dark). Le jeu contient aussi un mode d’emploi pour jouer rapidement en lisant 30/40 pages (en utilisant les prétirés pour la première séance afin de tester le jeu).

C’est un jeu « tout public » en ce sens qu’il ne contient pas de passages spécifiquement gore ou déviants (même s’il est facile d’aller vers l’horrifique étant donné son décor et sa filiation avec les contes — y’a tout de même des bouchers sans tête et des tueurs en série aux oreilles pointues évidemment).

C’est un jeu que je « traîne » depuis deux décennies, que je « finalise » depuis six ans sans parvenir à le boucler. J’ai d’ailleurs rendu publique une page Facebook m’ayant servi de journal intime/journal de bord durant ce finish de six ans où je conte mes espérances et déboires, mes notes d’intention, mes objectifs et mes ratés.

S’il sera donc nouveau pour vous, il est ancien (daté ?) pour moi. C’est un jeu que j’ai « terminé » en grande partie (sic) d’écrire avant, pendant et juste après Americana (2014-5). Avant mes Shooters et tout ce qui a suivi. Je nourris donc des sentiments conflictuels envers lui : s’il fut « plutôt moderne » en son temps, il ne l’est plus, d’autant plus que j’ai « depuis » sorti plusieurs autres jeux et romans. Au point que le jeu a souvent failli passer à la poubelle, même ces dernières semaines, quand la première relectrice m’a rendu le texte corrigé, car passer ne serait-ce que deux heures de plus sur le texte, m’étouffait et me donnait envie de foutre le feu au monde.

C’est donc un besoin de passer à autre chose, tout en pouvant construire sur ce que j’ai accouché qui m’a poussé à le sortir (et à l’heure actuelle, je vois quand même que c’est rempli de petites idées, que y’a matière à s’amuser et j’apprécie toujours la création de cabinet et la génération d’Affaire qui pourrait probablement me resservir plus tard). Le jeu a probablement été très sympa un moment de son développement mais je suis infoutu de savoir si c’est maintenant ou non. Tout ça pour dire, qu’il ne faudra probablement pas compter sur moi pour faire beaucoup de service après-vente ni même d’en faire la pub à foison (de la même manière que je n’ai jamais parlé de ce jeu avant sa sortie). Faut jamais dire jamais, mais ça m’étonnerait.

Contes de Minuit est disponible à la vente au format pdf (chez Lulu et DriveThru) et au format papier (couverture souple ou couverture dure).

C’est toi la radio (30 juin 2020)

Il y a quelques jours, Mara Vega et Candy m’ont invité à parler de mon travail d’auteur sur « C’est toi la radio« , leur talk-show/podcast. Dans un moment d’ivresse, j’ai répondu par l’affirmative et voici donc aujourd’hui que l’émission est rendue disponible à tous pour tous.

Et comme je n’aime pas les trucs superficiels, ça dure un peu plus de 2 heures.

Même sans time-code, le contenu est le suivant : une rapide présentation de mon auguste personne, une demi-heure sur le jeu de rôle (featuring Macadabre et Channel Fear), une demi-heure sur Presque Minuit (et un peu Au Crépuscule), une demi-heure sur Ordo (comment j’en suis arrivé à l’écrire et ce qu’il contient — teasing en masse) et une dernière demi-heure sur mes coups de cœur de ces dernières semaines/mois (en manga, comics et roman, car j’aime varier).

C’est donc garanti sans langue de bois, contient peut-être un peu de vulgarité (faut pas me demander, j’ai pas osé réécouter) avec certainement quelques approximations (je vous vois les rôlistes ^^) et probablement avec un débit de paroles x1,5 car j’en avais des choses à dire ; et, comme vous le savez, la passion s’exprime dans l’urgence et les flammes.

C’est disponible sur Twitch, Spotify, Soundcloud et Podcasts (l’app de Apple).

Bref, peut-être bon courage, mais, en tout cas, bonne écoute !

Ordo : 10 septembre 2020

10 SEPTEMBRE 2020
C’est la date de sortie* de ORDO, mon prochain roman chez 404 éditions.

ORDO
C’est le nom d’une organisation occulte, d’une société secrète, d’une mafia de la magie noire. C’est le nom que se donnent cinq familles new-yorkaises liées entre elles par un même ancêtre : « Ambrosius le Merveilleux », un célèbre magicien ayant vécu au XVIIe siècle… et qui, immortel, continue de diriger l’Ordo Magicae en toute discrétion.
Du moins, jusqu’à aujourd’hui.
Jusqu’à l’attentat perpétré au cœur de la ville par une famille ennemie.

Un événement qui va bouleverser les vies de Tyler Vines, Hazel Ashbury, Lorna Donosius, Matthew Harrington et Theresa Sutter, derniers descendants de chacune des familles, et menacer les fondations mêmes de l’Ordo.

*En attendant la révélation de la couverture et du véritable pitch du roman dans les prochaines semaines, si vous n’êtes pas sûr de la retenir, n’hésitez pas à le précommander dès maintenant auprès de votre librairie préférée ou à le mettre en wishlist de votre site de ventes habituel !

Ordo : Phase 5 finie !

Court point sur Ordo, mon prochain roman, et le reste.

Il y a quelques jours, j’ai reçu le retour de la correctrice concernant le roman. J’ai terminé de les prendre en compte hier soir et j’en ai profité pour patcher un ou deux détails que j’avais remarqué après coup. Les corrections étaient pertinentes, les propositions fluides et ça a donc été très simple à gérer. Grande satisfaction en terminant cette étape car c’est pas tous les jours qu’un projet soit si rapide et évident (contrairement à un projet jdr dont je vous parlerais très bientôt).

Prochaine étape ? Si mes corrections de corrections sont validées, le roman va partir au maquettage. La sortie du roman est toujours prévu pour le début septembre (allez visiter vos sites et librairies préférés, c’est déjà précommandable) et je suis assez impatient que vous fassiez connaissance avec les différentes familles qui composent l’Ordo Magicae…

(Le visuel est un extrait d’une des propositions de couvertures bien cool de Axel « Supacat » Mahé).