Ceci est le combat du jour et de la nuit.

Y parait que nous vivons une période rôlistique molassonne. Peut-être. Sûrement même. Mais, curieusement -et j’en suis le premier étonné-, ce n’est pas mon cas en ce moment. Alors non, pour une fois, je ne bosse pas sur une demi-douzaine de projets secrets, je ne bosse pas non plus sur un jeu dont j’aurais précedemment parlé, je ne suis pas en tractation pour publier un nouveau truc, mais… je ne m’éparpille pas. Et, de mémoire, c’est à peu près la première fois que ça m’arrive.

Me voilà donc, la fleur au fusil, écrivant tranquillement et me focalisant uniquement sur ce qui semble prendre le chemin d’un Burst. Je ne sais absolument pas sous quelle forme je l’accoucherais au final mais qu’importe : je note, je structure, je triture, je développe et j’écris. Et si j’en parle aujourd’hui, c’est que ça devient de moins en moins anecdotique, une petite centaine de milliers de signes après avoir commencé. Et comme j’aime bien cultiver le mystère, je vous ai bidouillé un visuel – appelons ça un teaser qui se cherche. De quoi ça parle ? De Paris. Enfin surtout de son sous-sol ancien. Celui sous le métro, les égouts et les catacombes. Ah oui, ça parle aussi de survie.
Encore une histoire pleine de bonne humeur.

(Note à moi-même : c’est Haze de Tsukamoto associé à la nouvelle Le Train de l’Abattoir qui furent les déclencheurs de l’idée initiale).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.