Logo Serial

À chaque fois que j’ai un problème récurrent, je cherche une solution pour y remédier et si ma solution me semble pouvoir convenir à d’autres et que c’est dans mes cordes, je tente d’en faire profiter. Le Shooter répondait à certains de mes besoins, le Serial est une autre de mes solutions. Et devient donc une nouvelle gamme pour les éditions Mister Frankenstein.

> Si vous voulez directement sauter tout le blabla, j’ai réalisé un PDF (2 pages A5) avec toutes les infos.

Serial ?

Pas de long contexte proposé, ni de règles complexes à digérer, un Serial, c’est une série de scénarios courts et indépendants – des épisodes – dont les seuls liens sont l’univers commun en filigrane et la récurrence des personnages-joueurs.

Un Serial, c’est un jeu de rôle uniquement constitué d’épisodes.

Épisode

Un épisode de Serial, c’est un scénario court, facile à s’approprier car n’étant lié à aucun univers spécifique et proposant une intrigue indépendante (sans fil rouge entre les épisodes), facile à caser en une soirée car pouvant être joué en moins de 2 heures et facile à « visualiser » car faisant appel à un postulat imaginaire classique.

Shooter / Burst / Serial

Là où le Shooter est un contexte court et sans scénario, le Burst une campagne indépendante one-shot, le Serial est un ensemble de scénarios courts et sans contexte développé.

Pourquoi ?

Vous vous rappelez quand je vous disais que lorsque j’avais un problème, je cherchais sa solution ? Le concept de Serial apporte plusieurs solutions et alternatives à plusieurs problèmes.

  • Facile à appréhender pour la plupart des joueurs car le postulat de base – sans univers développé – est résumable en 30 secondes et fait appel à un imaginaire et une imagerie connus.
  • Facile à mettre en place car dépourvu d’univers spécifique ; l’indépendance des scénarios n’exige pas de se souvenir des épisodes précédents ; les scénarios sont courts (demandent peu de préparation) et les règles simples (sans cas particulier). Pour les plus pressés ou les joueurs « d’un soir », les personnages pré-tirés réduisent encore la durée pré-jeu.
  • Jouer une histoire complète sans avoir à la couper en plusieurs séances avec des scénarios plus concentrés en terme d’intrigues, qui vont à l’essentiel.
  • Éviter les moments mous des scénarios plus longs, permettant des parties plus rythmées.
  • Jouer alors qu’on a peu de temps de jeu disponible: jouer si on est trop fatigué pour se lancer dans une séance de 4 heures ; jouer en attendant les retardataires de la partie du jeu de chevet habituel ; proposer du jeu de rôle à la place d’un jeu de plateau de même durée.
  • Faire découvrir le jeu de rôle à des novices pour une durée moins engageante ou contraignante que le classique scénario de 4 heures.

Contenu

Tous les épisodes sont indépendants (pas besoin d’avoir les précédents ou de connaître quoique ce soit, tout est indiqué dedans).

La formule est identique pour chacun :

  • une présentation du concept du Serial ;
  • une bande originale prête à être écoutée et utilisée ;
  • un épisode (une dizaine de pages, prévu pour être joué en moins de 2h) ;
  • un système de jeu avec règles pour créer son personnage ;
  • une feuille vierge de personnage et 5 pré-tirés prêts à jouer.

Format

Les épisodes sont disponibles en PDF via :

Papier ?

Pour des raisons de coût et de faible pagination, aucune version papier n’est proposée à l’heure actuelle. En temps et en heure, quand (et si) suffisamment d’épisodes sont parus, un recueil papier collectera l’ensemble de « la saison ».

Parution

Les épisodes sont publiés au fil de l’eau, le plus régulièrement possible mais sans objectif calendaire précis (objectif : la qualité plutôt que la mensualité).

14425531_1230746203633603_2172898386582333944_o

Channel Fear

Channel Fear est un Serial contemporain-fantastique où les joueurs incarnent des enquêteurs spécialistes du paranormal pour une obscure émission TV. Le premier épisode est prévu pour sortir d’ici quelques jours.

Réflexions

J’ai longuement hésité à vendre les épisodes seuls* ou par deux. Mais le fait est que j’avais l’impression de contrevenir au concept même (tu achètes de quoi combler le trou du moment, la pré-soirée), de vendre au poids (plutôt qu’à la qualité) et, surtout, de me bloquer dans l’écriture : typiquement, mon premier scénario est terminé depuis quelques semaines (et paraîtra dans quelques jours) et je n’ai pas encore terminé d’écrire le second. Et le projet est bloqué pour cette raison, donc publier au fil de l’eau me paraît plus sensé et plus sain (pas la pression de devoir absolument boucler le second épisode pour sortir le tout).

En ce sens, je réfléchi d’ailleurs à laisser les rênes le temps d’un épisode à d’autres auteurs (mais pour ça, faudrait que ça marche un minimum puisque ça implique que je sorte de l’argent de mon porte-monnaie de pauvre auteur indépendant pour payer un confrère lui aussi sans le sou).

C’est un pari assez incertain en terme de « retour sur investissement » mais le risque est minime (si ça marche pas, j’arrête tout simplement) et ça vaut le coût d’essayer, d’expérimenter, de tenter cette formule atypique pour proposer « autre chose » que les formats habituels de jeux de rôle. Et surtout, c’est assez souple de mon côté pour pouvoir faire autre chose ou même une pause si j’en ressens le besoin.

*Surtout, je voulais éviter le recueil de scénarios où les joueurs ont acheté un exemplaire pour « peut-être » mener l’un des scénarios et où ils les ont donc tous lus « pour voir ce que ça donnait »… recueil de scénarios qui se retrouve donc injouable à la table parce que tout le monde les a lus ou presque (oui, je pense à toi Musée de Lhomme, supplément de 50 scénarios de L’Appel de Cthulhu par Tristan Lhomme).

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer