Outer Space (est dispo sur lulu.com !)

SH1_COVER_RVB_72

« Dans Outer Space, les joueurs incarnent des humains enlevés par de mystérieux extraterrestres, devenus astronautes, seuls et perdus dans l’espace, téléportés de planète en planète, derniers espoirs pour sauver l’univers de la Menace détruisant toutes les galaxies. »

Outer Space, c’est mon premier Shooter entièrement « auto-produit » – mis à part la Grosse Lulu qui s’occupe de l’impression, le reste est de moi.

Shooter

Un Shooter, c’est une proposition de jeu sous la forme d’un morceau de contexte où les Personnages Joueurs sont centraux – importants et/ou avec un « univers » tournant autour d’eux – et qui ne pourrait pas (ou très difficilement) être décrit sur un format plus important sans s’affadir. L’angle de jeu est marqué, les personnages sont particuliers ou dans une situation atypique, le format est concentré (40 pages A5).
Le tout est à picorer, développer ou jouer tel quel en fonction des envies ou des possibilités.

Genre

Outer Space, c’est de la science-fiction de « l’Iron Age » – de la science-fiction avec des extraterrestres très extraterrestres, un univers en déclin, sans êtres humains autres que les personnages et sans possibilités de revenir sur Terre. Outer Space, c’est les clichés rétros et colorés du Golden Age de la SF* – jet pack, pistolaser, extraterrestres et robots géants – vus à travers un prisme plus sérieux, plus sombre et à échelle humaine – donc à l’échelle d’un grain de sable dans l’univers qui, au bon endroit, au bon moment, peut gripper entièrement la machine, la Menace.

*D’où le titre à la référence kitch et le visuel de couverture aux influences rétro.

Inspirations

Rayon inspirations, on peut citer (entre autres) les films 2001, l’Odyssée de l’espace (monolithe hypnotisant), The Mist (atmosphère parfois lugubre et créatures imposantes), Edge of Tomorrow (des humains dépassés par un conflit « plus grand qu’eux »), les BD des Mondes d’Aldébaran (faune colorée et flore exotique), la série TV Doctor Who (créatures hautes en couleur et grandes variations de tons), les comics Fear Agent et Black Science (SF à tendance « pulp désabusé »).

Ce Shooter contient

Quelques remarques et conseils ; une bande originale sous forme de playlist à écouter ; une description des éléments récurrents (Monument et combinaison) ; une dizaine de formes de vie, de planètes à explorer, de lieux à découvrir et d’idées d’aventures à vivre – le tout décrit sous forme de mots-clefs ; pas mal de petites idées suggérées un peu partout, une description de la Menace, un système de jeu et une feuille de personnage si vous désirez jouer dans la foulée.

En fonction des envies et des habitudes, il est possible d’écrire des scénarios à missions, de combiner différents éléments (planète + lieu + forme de vie + idée d’aventure) pour mener sans rien préparer ou de développer un Burst ou une campagne traditionnelle centrée sur la Menace.

Système de jeu

Le système de jeu de Outer Space est une version adaptée du système Corpus Mechanica Plus prévue pour permettre de jouer quasi immédiatement – une dizaine de minutes de lecture et d’assimilation de règles – tout en proposant une mécanique de jeu simple et efficace où la Batterie de la combinaison a une importance notable dans les possibilités offertes aux personnages.

En vente

Outer Space est disponible dès maintenant sur lulu.com en pdf (4€) ou en papier (6,5€).


BONUS :

  • Frais de port gratuits sur vos achats papiers avec le code JUN50 (valable jusqu’au 1er juillet à 23h59).
  • 5% d’économie en plus (30 cts…) sur votre achat papier avec le code EVG15 (Consultez ce sujet dédié pour vous tenir au courant de toute nouvelle promotion).

Les liens à (toujours) retenir

La vitrine lulu : bit.ly/shooterjdr
Le site officiel (ici) : avec les présentations et feuilles de perso à télécharger dans la section « À jouer ».
Le forum officiel : avec les présentations et explications des différents Shooters.

14 commentaires

  1. Miam. J’attends ma version imprimée pour la semaine prochaine alors. 🙂

  2. Elle t’attends aussi ! 🙂 (merci)

    Tu peux dès à présent retrouver la double page de présentation et la feuille de perso en PDF dans la section « À jouer ».

  3. Bon ayé, version papier dans quelques jours, version pdf là tout de suite ! Dommage que lulu ne fasse pas de bundle. Je reviens bientôt te donner mon avis pist lecture ! 🙂

  4. Ah oui, quand même ! (merci)

    Oui, c’est rageant. Je cherche une solution, je gamberge dessus mais pour l’instant, j’ai rien de concret à proposer en ce sens.

  5. et hop aussi dans la besace !
    le contexte, le concept et ta plume… me tarde de lire ça (et de tester 😉 )

  6. C’est fait, pdf dévoré ! Déjà je suis très content du fait que ça nécessite moins de taf pour le MJ que ce à quoi je m’attendais ! Les descriptions des races ET, du monolithe, des planètes et de la menace sont suffisamment claires pour être développées facilement. Ce qui demandera le plus de boulot je pense, c’est de créer des rebondissements pour briser la répétition et ne pas entièrement verser dans le « jeu à missions ».
    Sur le contexte là aussi je suis séduit alors que mes références spatiales sombres sont plus à chercher vers Alien, Riddick, ou Ghost of Mars comme je le disais dans un autre commentaire. Mais au final, ça colle ! J’ai un peu peur de ne pas pouvoir proposer une longue campagne, mais je m’imagine très bien quatre ou cinq séances bien remplies avec ce shooter. Vivement le prochain donc !
    Sinon on retrouve bien ta « patte » dans ce texte, même si ça se sent que tu es moins à l’aise sur ce thème que sur du fantastique contemporain. Ah si, j’ai un reproche au fait… Ça manque d’aides de jeu et d’illustrations de ton cru. 😉

    PS : Oups, j’ai failli oublier, dans le pdf et sur la fiche de perso y’a pas de case pour l’évolution, c’est normal ?
    PS 2 : puisque je parle des fiches de perso, tu as fait en sorte qu’elles tiennent sur un A4 paysage pliable en deux, tu n’as jamais cherché à faire une illu en paysage au verso dans chaque style de jeu (bon oui, tout le monde peut le faire je sais, en bricolant un peu, mais je suis vraiment une buse pour ma part et en plus j’ai pas envie d’apprendre ça :D)

  7. @Kristoff : merci !

    @Amaranth : Wah. Ah oui tu as été rapide !
    Je suis tout à fait d’accord avec toi. Comme je le disais autre part, quand j’ai mené Outer Space, je n’avais rien préparé. J’ai juste additionné une planète, un lieu, une forme de vie et un mélange de leurs idées liées. J’ai posé la situation puis le côté initiatique aidant, les PJ ont passé du temps à réaliser ce qui leur arrivait puis à comprendre la situation. Et ensuite, je les ai téléportés en proposant une autre planète, un autre lieu et un autre ET, le tout lié à la première planète (pendant qu’ils cherchaient ce qui se passait et faisaient leurs actions, j’ai imaginé un lien, un rebondissement pour donner du sens à la mission (une balise de détresse sur une planète puis la découverte de l’émetteur sur l’autre). Du coup, ça a coulé de source, c’était fluide. Après, c’est sûr que c’était pas une grosse campagne en 24 épisodes. Ça ça demandera de la préparation. Mais au moins ponctuellement, plusieurs approches sont possibles.

    Pour ce qui est des inspirations, j’ai tenté de proposer des choses qui peuvent selon l’imagination et les goûts être interprétés de manière très sombre ou plus « colorée ». Du coup, tes références peuvent coller sans qu’elles soient celles que je visais principalement (je voulais tenter de sortir aussi de nos habituelles références classiques dès qu’on parle SF).

    En terme d’aides de jeu, c’était pas évident de trouver quelque chose à proposer et dans le doute je m’abstiens ^^. Pour ce qui est des illustrations, c’est un choix réfléchi. Je me suis dit qu’à partir du moment où l’objet était joli, dense et sans « vide » rajouter plus que des éléments graphiques c’était le risque de me mettre dans le caca pour les futurs projets. Car je me sentirais bien bête si je parviens à écrire un bon Shooter mais que pour une raison ou une autre je cale sur les illustrations (qui me demandent beaucoup de temps pour que j’en sois satisfait) et que je ne puisse donc pas le sortir. Je préfère me concentrer sur une couverture qui me plaise quitte à y passer une douzaine d’heures (comme là, à tatonner et tester des choses). En tout cas, j’ai veillé à remplir les quelques zones blanches et à mettre en page de manière fonctionnelle (tenter de couper au bon endroit pour que tout puisse se lire par page ou double page).

    PS : Alors oui, y’a pas de case, mais, j’avais prévu le petit espace à côté de « En réserve » pour noter le chiffre d’évolution. C’est vrai que j’aurais pu mettre un gros bloc comme les autres mais vu que ça ne sert que peu (uniquement si tous les points d’évolution ne sont pas utilisés et jamais en cours de jeu), je m’étais dis que ça ne valait pas le coup.

  8. Version papier reçue, bande son écoutée, lecture du bouquin en cours !
    Ça m’évoque The Swapper (le jeu vidéo), ce qui est une très bonne chose.
    Niveau sonorisation, t’avais fouillé dans les sons de la NASA ? Je ne sais pas s’il y a des choses exploitables – il me semble qu’il y avait des « bruits de fond » assez cools…

  9. Ah je ne connais The Swapper que pour l’avoir télécharger sans y jouer mais je me souviens maintenant d’un visuel d’astronaute sur fond spatial violacé. Marrant !

  10. Oui, la couv du jeu ira très bien comme illustration principale de l’écran de Outer Space… 😉 Mais au-delà, il y a des choses intéressantes dans l’ambiance et le background de The Swapper : une immense station spatiale vide, un astronaute isolé, des particules de poussière en suspension un peu partout, des roches étranges (appelées Sentinelles il me semble) communiquant par télépathie… Franchement, comme inspi c’est super. Ne serait-ce que pour un monde/aventure.

  11. Question : as-tu envisagé de faire jouer la découverte des capacités de la combinaison ? (avec une fiche de perso amputée et des cartes pour chaque commande) Je ne sais pas si c’est intéressant ou pas.

  12. Effectivement, The Swapper a l’air intriguant. Faut que je teste.

    Pour la découverte des capacités, je ne l’ai pas fais mais rien n’empêche de le faire (j’imagine que ça peut être très intéressant). On peut soit débuter sans feuille d’astronaute ou, plus simplement, encore, la feuille de perso est designée pour pouvoir être pliée en deux. En jouant qu’avec le recto, il est possible de débuter sans connaître les Régulateurs et Commandes de la Batterie (et sans la jauge liée) vu que le verso est entièrement dédiée à la combinaison.

  13. Je cherchais un jdr d’exploration spatiale, mais sans tomber dans de la guerre interstellaire avec vaisseaux et sabres laser. Bonne surprise de tomber sur Outer Space ! Du coup, pdf acheté et première partie ce soir.

    Je tiens à féliciter l’auteur pour la qualité du shooter, des descriptions et des bonnes idées qui s’y trouvent (qui stimulent bien l’imagination !)

    Juste une petite question : dans les règles il est parfois question de test du type « Endurer/1 ». Cela signifie qu’il faut faire un test d’Endurer avec au minimum une réussite ? Ou alors j’ai rien compris ? 🙂

    En tout cas, ça m’a bien donné envie de regarder tes autres créations !

  14. Merci de ton message Nunc !

    Concernant ta question, c’est exactement ça.
    Comme précisé page 33 : Lorsqu’elle est précisée, la difficulté est indiquée à la suite de l’Aptitude dont le jet dépend sous la forme Aptitude/difficulté.

    Merci à toi et bon jeu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.