Feuille de prétiré

Avant que John Doe n’annonce ma prochaine (petite) production surprise dans leur prochain Courrier de Légistes (le n°10), j’en profite pour faire un bref récapitulatif des « petites infos et anecdotes » concernant Americana : l’intégrale du syndrome de Babylone publiées ces dernières semaines sur la page Facebook dédiée.

  • Le livre comporte deux rabats. Le premier fait office de table des matières tandis que le second affiche un index des personnages importants, récurrents ou notables présents dans les différents scénarios. Réunis, les deux « marque-pages » forment le Tetragrammaton, le symbole au centre de cette grande histoire.
  • Les feuilles de personnage et de prétiré ont été designées de sorte qu’elles puissent être pliées en deux, rester « logiques » (données techniques usuelles au recto, plus ponctuelles au verso) et imprimées sans avoir à les redimensionner (sans infos coupées).
  • Toutes les aides de jeu (+ de 30) sont téléchargeables sous la forme d’un PDF sécurisé par un mot de passe (indiqué dans le livre). Pour une impression en douceur et éviter le syndrome du « livre éventail » et des photocopies tordues.
  • Les portraits sous forme de polaroids de tous les PNJ et factions d’importance (18) sont téléchargeables sous la forme d’un PDF sécurisé de la même façon que les aides de jeu. Petit bonus (très) pratique : le PDF contient un lien vers un compte Instagram réservé aux meneurs où se trouvent les portraits de tous les PNJ ! Instagram « public » et donc accessible sans compte par le biais de votre Smartphone, de votre tablette ou de votre ordinateur. Pour montrer directement un PNJ aux joueurs sans avoir à masquer la page de votre livre, la photocopier ou l’imprimer!
  • Les feuilles de personnages, aides de jeu et portraits sont téléchargeables dans l’onglet « À jouer » !
  • Americana : l’intégrale du syndrome de Babylone se déroule dans un « univers étendu », le même univers que les jeux de rôle « Notre Tombeau » et « Patient 13 », la campagne parue dans Casus Belli « Black Trinity » et la BD « Silences ». Dans Americana : l’intégrale du syndrome de Babylone, au détour de scènes, on reparle d’un secret caché au coeur des souterrains parisiens de Notre Tombeau, on apprend qui fut – semble-t-il – Morgue, le premier Patient 13, on explique les liens entre le Bizarre (Notre Tombeau, Silences) et le Wings (Black Trinity, Syndrome de Babylone), on entend parler d’un certain Attrape-Coeurs de Salinger (Silences), on visite brièvement Silent Peaks (Black Trinity). Ces clins d’oeil et explications ne sont compréhensibles que pour celles et ceux ayant lu ces ouvrages. Si ce n’est pas le cas, la référence ne sera pas remarquée ou sera considérée comme un détail annexe parmi d’autres.
  • Dans le précédent Courrier des Légistes (le n°9), outre une rapide présentation du syndrome de Babylone, j’ai écrit un « mot de l’auteur », un texte personnel, un peu ronflant sur la conception et les efforts liés à la création de cet ouvrage.

Pour finir, Roliste TV a livré une longue critique du jeu en vidéo visible sur leur site, youtube ou ici-même.

On se retrouve d’ici quelques jours, pour l’annonce de la suite !