AMERICANA_FLYER

« Alors que le nouveau millénaire et 2012 se sont succédés sans grandes catastrophes, un mal insidieux frappe certains de nos concitoyens, victimes d’un délire psychotique dénommé « syndrome de Babylone » par les spécialistes. Du jour au lendemain, des personnes n’ayant pas de passé psychiatrique deviennent obsédées par des symboles ésotériques, s’identifient à des divinités païennes et se prétendent investies d’une mission de perpétuation de rîtes. Bien que rare, ce type de cas est diagnostiqué de plus en plus régulièrement. » The Wings

Durant leur vie précédente, alors qu’ils étaient enfants, les personnages ont vendu leurs âmes à de mystérieux collectionneurs contre l’assurance d’une vie dénuée de cauchemars. De nos jours, dans un Los Angeles dont ils découvrent progressivement les rouages cachés et les personnalités occultes, les personnages sont contraints de voler des âmes pour racheter les leurs.

Americana c’est quoi ?

Americana est un Burst : un jeu de rôle-campagne. C’est une campagne indépendante munie de règles dédiées (une version spécifiquement développée du Corpus Mechanica). C’est une série de thrillers fantastiques, oniriques et ésotériques. Ce sont six scénarios aux ambiances tordues et sombres prenant place dans une Amérique étrange aux atours cauchemardesques. C’est une épopée tragique formant une grande histoire avec un début, un milieu et… une fin.

Americana s’inscrit dans une formule similaire à celle de Notre Tombeau, le précédent Burst paru aux éditions John Doe, avec un monde et un décor uniquement décrits par le biais des scénarios qui les mettent en scène. Par contre, la durée des six chapitres est notablement plus importante que celle des douze épisodes de Notre Tombeau avec des scénarios plus denses et tortueux prévus pour durer de 4 à 6 heures chacun.

Pourquoi « Americana » ? On verra ça dans un prochain billet.

L’intégrale du « Syndrome de Babylone » ?

Débuté en 2002, le syndrome de Babylone était un Burst amateur publié sur ce site (misterfrankenstein.com) et constitué de 4 scénarios. Jamais conclu faute de temps, le projet est entré en hibernation et certaines idées qui devaient constituer sa suite ont été oubliées ou utilisées dans d’autres projets. Avec le recul, l’agacement (l’orgueil ?) face à ce projet jamais terminé et surtout les messages récurrents pour savoir ce qu’il devenait, je me suis replongé dedans avec l’envie de le finir.

Par contre, il m’est rapidement apparu que plus de dix ans après, ma façon d’écrire ayant évoluée, il était impossible de relancer le projet sans en réécrire les scénarios pour me les ré-approprier. L’exercice est atypique, peu évident, mais permet avec le recul de réparer quelques incohérences dues à l’écriture « au fil de l’eau » et de casser un peu le dirigisme global en proposant ponctuellement des ouvertures. Au final, le contenu de chaque scénario est conservé mais chacun est réécrit : quelques éléments sont ajoutés, certains très rares sont enlevés et des scènes supplémentaires ou variations sont parfois proposées.

Americana compile donc l’intégralité des quatre scénarios du « syndrome de Babylone » dans des versions retravaillées, augmentées et modernisées, avec deux scénarios supplémentaires ainsi qu’une série de conclusions pour accompagner les choix des personnages et clôturer définitivement l’histoire.

Les inspirations ?

Les films Angel Heart, Donnie Darko, L’Echelle de Jacob et Pi ; les séries TV Carnivàle et Millennium ; la série Twin Peaks et les films Lost Highway et Mullholland Drive de David Lynch ; les films et romans Hellraiser, Imajica, Les livres de sang, Lord of Illusions, Cabal, Candyman, Le jeu de la damnation de Clive Barker ainsi que les clips de Tool et les (anciens) clips de Marilyn Manson.

Chez qui et pour quand ?

Americana paraîtra aux éditions John Doe courant 2014 ou, plus précisément, lorsqu’il sera terminé. N’étant plus à un an près concernant cette arlésienne personnelle, je compte bien l’écrire et l’illustrer au mieux. Si la structure des six chapitres est définie et que je suis parvenu à obtenir un premier jet des premiers scénarios, il me reste encore énormément de travail pour proposer un produit qui me satisfasse pleinement.

Vous voulez en savoir plus ?

Pour obtenir plus d’informations, il va falloir patienter un peu.
À l’heure actuelle, Americana possède une page Facebook dédiée où seront dévoilées toutes les informations -petites ou grandes- concernant l’avancée du projet mais, évidemment, les nouvelles les plus « notables » seront aussi relayées ici.