Jeux de baston : Vs Fighting & Ken Bogard

Rhaaaa. Mon long article disparu dans la Warp zone d’internet. L’horreur. Recommençons. Concentrons-nous.

La sortie de Street Fighter X Tekken est l’occasion de faire un billet sur le Vs Fighting et, avant tout, de vous montrer ma nouvelle vidéo préférée, à savoir le générique d’intro testostéroné dudit jeu (pour ceux qui se questionnent, Shazam m’a dit qu’il s’agissait d’Honest Eyes par Black Tide – si seulement on pouvait avoir des musiques dans le jeu qui y ressemblent…). Ça se regarde bien sûr en plein écran et en 720p pour faire chauffer ses hormones.

Même si personne ne semble en avoir la même définition, le Versus Fighting (oui, ça ne veut pas dire grand chose, appelons donc ça une licence poétique) c’est le nom donné à l’ensemble des jeux de combat et à la discipline en elle même. Car au même titre qu’une partie d’échec ou d’un match de catch, discipline il y a.

Si le Vs Fighting ne se résume pas qu’à Street Fighter IV (encore heureux, dirons les plus hardcore gamers pour qui le jeu est au jeu de baston ce que la WWE est au catch), la discipline ne se résume pas non plus qu’à une succession de gros coups de poings et de balayettes. Il y a du skill/de la compétence à avoir, c’est certain, mais la dimension stratégique – le fameux mind game – n’est pas en reste, et pour celui qui s’intéresse réellement aux jeux, c’est aussi, et peut-être même, surtout, ce qui en fait l’intérêt : connaître le timing des coups, connaître les zones de sécurité, les placements et les coups les moins dangereux, patienter pour observer le jeu adverse, réaliser des actions dans le but que l’adversaire y réponde d’une certaine manière et le piéger, attendre que l’autre joueur commette un impair pour le punir, élaborer une technique de jeu basée sur le personnage joué et celui de l’adversaire. Pour peu qu’on s’y lance vraiment, la richesse de ces jeux est surprenante et captivante.

Et s’il y a bien un mec qui permet de profiter du spectacle, de mieux le comprendre et surtout de le vivre, c’est Ken Bogard. En tant que commentateur (via des vidéos sur Youtube), il déroule l’intitulé de chaque coup, les actions invisibles à l’œil nu, les combos et les petites particularités de chaque personnage. Pour vous donner une idée de l’ambiance et des commentaires, allez voir le Meurs pas sans ton pif #13 qu’il anime une fois par semaine. Dites-vous que si, la première fois, vous ne comprenez pas la moitié des commentaires, c’est normal. Y’a tout un jargon, une terminologie spécifique qui permet de s’y retrouver après les avoir digérer et d’appréhender différemment les matchs et les actions les plus techniques.

Meurs pas sans ton pif, c’est tous les mercredis soirs à 20h sur elive (l’émission de ce soir, à voir en direct en streaming puis en VOD).

Par ailleurs, j’en profite pour recommander un site que je suis avec intérêt, riche et complet, le podcast des jeux de baston bien nommé Bas Gros Poing.

Je vous laisse sur une dernière courte vidéo, joliment filmée et excellemment mise en musique (cette intro !), où le Geek Studio interview Ken Bogard et je ne vous demanderais même pas quel personnage vous préfériez jouer à Street Fighter 2 (Moi c’était Guile. Maintenant, c’est Ken).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.