(Il parait que) Casus Belli n°5 est sorti aujourd’hui. Au menu : la fin du monde, rien que ça. Et la fin de Black Trinity dont le dernier scénario se nomme « La fin et le début ». Comme quoi, il pouvait pas être plus raccord avec le thème.

Comme pour les précédents, le magazine propose des news, des critiques de jeu, des scénarios et des aides de jeu. Et donc, le quatrième et dernier scénario de Black Trinity. C’est toujours écrit par moi-même et c’est entièrement dessiné par mon compère Willy Favre.

Si les trois premiers scénarios étaient relativement feutrés, avec un fantastique léger pour être un maximum générique et accessible, celui-ci, pour le final, est plus… épique (à défaut de trouver un terme adéquat).

L’intérêt d’un ensemble de scénarios avec une intrigue propre à chaque épisode – et pas la continuité d’une même grosse histoire coupée en quatre parties – c’est justement (selon moi) de pouvoir changer de registre, de ton et d’être utilisé par le lecteur occasionnel (celui qui ne dispose pas de l’ensemble des numéros).

Pour ce dernier scénario, j’ai donc opté pour une approche qui me permettrait d’expliquer, de manière détournée, l’intégralité de l’histoire jusque là et une petite intrigue pour des nouveaux venus. Je me suis ainsi amusé à proposer quelque chose qu’il n’est presque (voire pas) possible dans un jeu du commerce où il y a un cadre à respecter. Cette fin ne plaira sûrement pas à tout le monde, d’autant que j’ai dû me faire violence pour réussir à tout caser (les explications liées aux précédents scénarios et l’intrigue du jour) mais je me suis fait plaisir et l’expérimentation aura été intéressante.

Tiens, y’a même de grandes chances pour que vous compreniez enfin pourquoi il y a toujours le même morceau qui revient et la signification du titre « Black Trinity » (le titre français de « Trinité Noire » ne servant qu’à noyer le poisson, le réel sujet de fond de ces histoires…). Deux arguments imparables à l’achat, non ?