Southland – TNT/Orange cinéchoc

La saison 3 de SouthLAnd (LA pour Los Angeles, of course) est en cours de diffusion sur la petite chaîne américaine TNT (rien à avoir avec notre télé numérique) et c’est sûrement la meilleure série en cours de diffusion pour peu qu’on soit un minimum sensible au genre.

Comme j’aime toujours aussi peu faire les résumés de série, je me fais un malin plaisir de recopier celui trouvé sur AlloCiné (oui, je sais, c’est moche de faire des choses pareilles) :
« Une plongée au coeur de la police de Los Angeles… Le vétéran John Cooper est chargé de former la jeune recrue Ben Sherman. Les méthodes brusques de son nouveau mentor vont pousser Sherman dans ses derniers retranchements et l’amener à se demander s’il a vraiment ce qu’il faut dans le ventre pour devenir un flic de L.A. De son côté, l’inspecteur Adams, qui vit toujours chez sa mère, fait équipe avec Russell Clarke, un homme malheureux en ménage et père de 3 enfants. L’inspecteur Daniel « Sal » Salinger supervise quant à lui Nate Moretta et Sammy Bryant, en charge des enquêtes sur les gangs. Quant à l’officier Chickie Brown, elle rêve de devenir la première femme à intégrer l’unité d’élite SWAT… »

Le résumé pas très sexy a pour mérite de ne pas mentir sur la marchandise : SouthLAnd est un « cop show ». Entendez par là : une série de flics avec des enquêtes… policières. Oui, encore une. Mais SouthLAnd ce n’est pas que ça. Au contraire même. Pas de grandes intrigues ici, ni de grands complots, juste des enquêtes humaines et réalistes, et la façon dont officiers et détectives vivent leur métier. Les histoires sont indépendantes, généralement assez simples et ancrées dans le quotidien et c’est à mi-chemin entre les premières saisons d’Urgences (pour le côté relationnel, pour le fait de suivre des binômes de flics avec leurs problèmes) et The Shield (pour le côté Los Angeles, caméra à l’épaule et histoires de gang).

Sur le papier, difficile de dire ce que cette série a pour elle. Les ingrédients qui font sa qualité ne sont pas évident à cerner. Il me semble que la série bénéficie d’une réelle sensibilité dans l’écriture (comme pouvait l’être les premières saisons d’E.R./Urgences donc – avec John Wells à la production, ce n’est pas étonnant), sans faire dans le pathos à outrance, avec des persos attachants mais faillibles (ils font pas mal de bourdes au quotidien sans pour autant que ce soit la fin du monde à chaque fois). La série est donc très bien écrite, très bien jouée et excellemment filmée. La ville est un personnage à part entière et pour une fois, ce n’est pas dit juste pour faire genre :  on voit beaucoup de passants, parfois même des foules, et il y a d’impressionnants plans d’ensemble qui rendent le décor saisissant de réalisme.

Plusieurs fois, la série a failli passer à la casserole (elle a d’abord était diffusée sur NBC, pour être finalement annulée, puis sauvée par TNT) mais contrairement à la très tiède saison 3 de Sons of Anarchy, la qualité de la série n’a toujours pas diminuée – même si elle est aidée par le faible nombre d’épisodes par saison (7 et 6 épisodes pour les saisons 1 et 2 alors que la troisième en comptera 10).

SouthLAnd, ce n’est pas la série dont vous attendez chaque épisode avec impatience (quoi que ça l’est finalement devenu pour moi…) ni celle où vous vous rongez les ongles au sang en attendant le prochain épisode, non. Mais c’est une valeur sûre, une série qui revient pour quelques semaines chaque année et qui vous montre comment à partir d’un sujet archi rebattu et sans faire d’esbroufe, il est possible d’écrire des histoires intelligentes, intenses et humaines.

Un commentaire

  1. J’ai commencé à regarder la 1e saison. C’est tout bon.
    Merci pour m’avoir fait découvrir cette série !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.